Communiqué de presse du 11 juin 2017

4 Commentaires

Communiqué de presse

Je remercie les 6855 électeurs qui m’ont fait confiance. Ce soutien n’aura pas suffi à contrer une dynamique nationale.

Ma candidature se voulait constructive et mesurée. Je fais confiance aux électeurs de la circonscription pour soutenir le candidat qui portera avec sincérité et conviction les valeurs de justice sociale et de fraternité. Je ne ne cesserai jamais, pour ma part, de les défendre.

Marie Anne Chapdelaine

Présidentielle. Second tour.

2 Commentaires

Communiqué de presse

Je félicite très sincèrement Emmanuel Macron pour son élection. Je me réjouis de la faiblesse du score de l’extrême droite en Bretagne. Une fois de plus, les responsables politiques sont interpellés par le record d’abstention et de votes nuls.

A situation atypique, réponse exceptionnelle : plus que jamais chacun doit prendre ses responsabilités. Pour éviter de revoir l’extrême droite au second tour en 2022, le nouveau Président de la République doit garantir le redressement du pays au bénéfice de tous.

Je suis prête en tant que socialiste à mettre mes convictions, mon expérience et ma loyauté au service de cette ambition.

Marie-Anne Chapdelaine

Même si j’avais su je serais venue !

0 commentaires

Edito

« Si j’aurais su,  j’aurais pas venu » disait Tigibus dans « La guerre des boutons ».

Toutes celles et tous ceux qui portent des idées progressistes sont chahutés – voire violentés – dans leur for intérieur par la remise en cause des principes qui ont fondé notre engagement et par une radicalisation sans précédent du programme des Droites, républicaines ou non.

Dans un tel contexte, il est humain de se chercher, de douter parfois, de se demander – comme Tigibus – si tout cela en vaut bien la peine. Pour ma part, lorsqu’il y a doute, il s’efface vite devant certaines réalités :
- une misère sociale à combattre en permanence et son corollaire, la prééminence d’une action publique qui ne doit jamais baisser les bras car seule vouée à réduire les inégalités ;
- la nécessité de soutenir celles et ceux qui osent, associativement en fédérant les temps libres ou économiquement en créant puis redistribuant de la richesse ;
- les premiers résultats d’un quinquennat que l’Histoire jugera moins sévèrement que l’actualité ;
- une droite républicaine qui copie sa droite extrême et une extrême droite qui séduit plus que jamais.

Bref, entre ceux qui créent des ponts ou des murs, comme le dit si bien Jean-Michel Le Boulanger, vice-président du Conseil régional de Bretagne, il importe d’accompagner les constructeurs de ponts.

Que la situation politique soit inédite — une incapacité de la gauche à s’unir, deux candidats de droite aux comportements individuels indécents et inquiétés par une justice libre -  ne doit pas laisser à penser que la sortie de crise est à inventer : elle ne porte qu’un nom, le rassemblement. Ce qui reste à inventer, c’est son périmètre. Voilà où nous sommes attendus, nous qui sommes en situation de responsabilité politique.

Aussi, je ne vois aucune raison d’encourager celles et ceux d’entre nous — je parle du peuple de gauche — qui stigmatisent les choix complexes que chacun est amené à prendre dans cette présidentielle. Au contraire, je crois depuis le début en un axe qui réunira EELV, le PS et le mouvement « En marche ». Nombre d’électeurs d’extrême Gauche le rejoindraient conscients de cette nécessité politique à l’heure de la remise en cause des principes républicains dans nos frontières ou à leurs portes. Il nous reste 37 jours avant le premier tour de l’élection présidentielle et nous sommes à 51 jours d’un second tour que le parti socialiste n’a jamais vu d’aussi loin. Et ma sensibilité espérerait la gagner en caricaturant le mouvement En Marche ? Fausse route !

Je ne fais pas de politique pour être dans l’opposition : regarder passer le train ne m’intéresse pas quand je vois les urgences sociales qui restent à satisfaire. Je fais de la politique pour donner sens et priorités à l’action publique, pour libérer l’esprit d’entreprendre. Je ne regrette donc jamais d’être venue en politique quand bien même la situation se révèle de plus en plus complexe. Cessons les tweets qui fustigent, les post sur facebook qui laissent à croire que notre bon mot entrera au Panthéon des citations de l’Histoire de France. Que chacun trace la route de son candidat, consacre ses efforts à le faire gagner. Entre les programmes d’Emmanuel Macron et de Benoît Hamon il n’y a pas plus de distance qu’il n’y en avait initialement entre celui d’EELV et celui du PS : tous ont un maître mot, celui d’une république progressiste. Et si il y a des points de désaccords structurants, gageons que les accords politiques — et assumons qu’il y en aura ! — permettront de les surmonter.

Tigibus est un enfant. La politique, ce sont des rêves d’enfance portés par des adultes : moins tendres certes, mais un accord politique ne fait pas toujours un instant d’émotion pure. Assumons donc, chacun dans son rang, les erreurs qui nous ont portées à ce point de crise politique, et n’insultons pas l’avenir dès lors qu’il est porté par des gens de progrès. La complexité du rassemblement en nombre sera bien plus utile que la simplicité de la défaite à quelques uns. Voilà pourquoi dans cette séquence politique, chacune des difficultés me porte vers l’action et au rassemblement le plus large de la gauche et des progressistes.

Marie-Anne Chapdelaine. Députée

Soutien de Benoît Hamon

La rénovation de l’Ecole est engagée depuis 2012

0 commentaires

 

Communiqué de presse conjoint des parlementaires socialistes brétiliens.

L’année 2017 consacre encore plus que les années précédentes l’ampleur du chantier de la rénovation de l’Ecole, engagé depuis 2012. Concrètement :
- alors que 475 postes d’enseignants avaient été supprimés dans l’académie entre 2008 et 2012, 1044 ont été créés entre 2013 et 2017.
- en Ille et Vilaine: 62 postes ont été créés en 2017 pour le primaire, soit un total de 286 depuis 2012; 19 postes ont été également créés au titre du dispositif « plus de maitres que de classes » et 12 pour l’accueil et la scolarisation des moins de trois ans créés depuis 2013.
- la scolarisation des élèves en situation de handicap a fait l’objet de la mobilisation attendue par la pérennisation des personnels – 25000 équivalents temps plein – les accompagant. La création du métier d’AESH – accompagnant des élèves en situation de handicap – verra à terme la stabilisation de 60 000 postes.
- les premiers effets de la réforme du collège permettent d’enregistrer une baisse du nombre de jeunes quittant chaque année le système scolaire sans diplôme, passant de 140 000 en 2012 à moins de 100 000 aujourd’hui.
Alors que les programmes de nombreux candidats à la Présidentielle remettent en cause la qualité de nos services publics, il est essentiel d’en rappeler sans cesse la justesse, la nécessité et l’efficacité.

 

Co-écriture de la loi : participation à une table ronde

0 commentaires

Marie-Anne Chapdelaine était présente le 2 février à la Journée de l’innovation du Droit et du Chiffre (JINOV). Son atelier consistait à faire part de ses expériences sur la co-écriture de la loi en tant que députée.

L’occasion pour elle de :

  • - rappeler les avancées réalisées de l’élaboration du projet de loi pour une République numérique, projet de loi Biodiversité… ;
  • - promouvoir de nouvelles méthodes d’écriture de la loi grâce à des participations citoyennes par le biais d’outils numériques. Ils ne sont pas les seuls moyens mais ils offrent de nombreuses possibilités ;
  • - inviter les différents acteurs notamment professionnels à contribuer à ce nouveau processus d’écriture pour ainsi repenser le rapport des citoyens à la loi.

Vous retrouverez, ci-dessous, un lien vers un article reprenant les réflexions ouvertes lors de cette table-ronde et les positions de Marie-Anne Chapdelaine :

lemondedudroit_logo           JINOV-cocreation-Loi

Les propositions de François Fillon sur l’immigration sont inutiles et inapplicables

0 commentaires

b_1_q_0_p_0

Veuillez prendre connaissance de la tribune que j’ai cosignée dans le Huffinton Post en cliquant ICI

Lettre ouverte à Manuel Valls

0 commentaires

Cher Manuel,

Soutien fidèle de François Hollande, j’ai souhaité prendre le temps de la réflexion et parfois même – pourquoi ne pas le dire tant notre vie politique a besoin de retrouver de la sincérité  – pensé rester en retrait non pas des primaires mais des logiques de soutien que notre parti organise. Mais ce serait incompréhensible : nous ne sommes pas élus pour rester neutres, ce ne serait pas à la hauteur des enjeux politiques du moment, ce serait contribuer à affaiblir une pratique politique nouvelle que le Parti Socialiste a su rendre incontournable. Notre système institutionnel souffre de difficultés structurantes qui nous obligent à participer à la réussite de ce qui est novateur et constructif.

Faire le choix de te soutenir n’est pas un exercice naturel au regard de mon parcours. Et pourtant il s’impose. Ce choix n’est pas évident car je n’ai pas partagé toutes tes prises de positions lors de cette mandature. Pour parler clair, si je sais qu’un chef de majorité doit trancher pour décider, j’ai vu une partie de la population, même dans nos soutiens, regretter des compromis insuffisamment recherchés. De longue date, j’ai pris le parti de privilégier l’intérêt général au regard de mon intérêt particulier : je ne compte pas dévier de cette ligne qui fait que lorsque je me coiffe devant ma glace je ne pense à aucune responsabilité politique future négociée en contrepartie de mes choix politiques.

Mon choix d’être à tes cotés s’impose à plus d’un titre pour continuer à « réformer sans abîmer, et moderniser sans détruire » comme l’a, si opportunément rappelé Bernard Cazeneuve dans sa déclaration de politique générale :

Pour assumer les grandes réformes des cinq dernières années : investissements dans l’éducation, la justice et la sécurité, effort constant pour le rétablissement des comptes publics, mise à égalité des fiscalités du patrimoine et du travail, renforcement de la justice fiscale, renforcement des remboursements médicaux tout en annulant presque entièrement le « trou » de la sécurité sociale, le non cumul, la transparence, la lutte contre la corruption et pour la protection des lanceurs d’alerte…

Pour porter un regard lucide sur des manques ou erreurs de cette même période : débat sur la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux, méthode de préparation de certaines réformes comme le CICE ou la loi travail…

Pour partager des diagnostics sur notre société et établir nos engagements collectifs.

J’attends de notre candidat qu’il soit un fervent républicain, un dirigeant politique aussi expérimenté que déterminé, qu’il sache reconnaître parfois ses erreurs et en tirer profit, qu’il se mobilise pour les plus faibles qui ont fait l’objet de notre attention permanente sans souvent en avoir été convaincus, qu’il soit promoteur d’une citoyenneté renouvelée. Je te soutiens donc avec détermination et convictions car je sais que ces qualités sont tiennes. Je n’oublie pas également ce que tu as fait pour les quartiers et notamment le Blosne à Rennes – tu y es venu deux fois, une fois en qualité de Ministre de l’Intérieur puis de Premier Ministre, tout comme Bernard Cazeneuve en 2015- Notre quartier bénéficie des décisions que tu as prises, qu’il s’agisse de réhabilitations des logements et commerces ou de renforts de sécurité.

Fédère tes soutiens, fais mentir tes contradicteurs, rassure ceux qui restent réservés en démultipliant les formidables qualités de rassemblement que je te connais, et tu seras celui qui dans la digne lignée de François Hollande réformera pour défendre les plus fragiles et éloignera les populismes. Invente surtout ce paradigme aimable qui nous manque tant.

Républicain assurément, exigeant et déterminé à n’en pas douter une seconde, en capacité nul n’en doute, tu es la bonne personne à la bonne place au bon moment.

Amitiés socialistes.

Marie Anne Chapdelaine
Députée d’Ille et Vilaine

Décès de François Chérèque.

0 commentaires

 

Communiqué de presse

 

Francois Chérèque est de ces grands dirigeants syndicaux qui ont ancré leur engagement dans un souci permanent de crédibilité des propos et des actes. Son parcours est celui d’un progressiste, soucieux de rééquilibrer le rapport de force social en faveur des plus fragiles. C’est aussi celui d’un homme convaincu de la force de l’action publique et de la nécessité de réfléchir en permanence à son évolution sous peine de l’affaiblir.

Je salue son caractère exigeant et entier, son ouverture permanente à la société civile, sa volonté d’agir sans effets de manche. Soulignons également cette capacité aussi à avoir brillamment et discrètement assuré ses successions quelles qu’aient été ses responsabilités.

Notre société a besoin plus que jamais de représentants patronaux comme syndicaux de grands talents, ouverts et déterminés à la négociation comme seule issue positive au dialogue social. F. Chérèque était de ceux-là. J’adresse à sa famille et ses proches mes plus sincères condoléances.

Marie-Anne Chapdelaine

France bleu, question d’actualité

1 Commentaire

téléchargement  Marie-Anne Chapdelaine était invitée ce vendredi matin de France Bleu Armorique. Questionnée sur la reconnaissance du vote blanc, retrouvez en intégralité son intervention :

Radio Laser, Interview de Marie-Anne Chapdelaine

1 Commentaire

Marie-Anne était l’invitée du rendez-vous politique de Radio Laser.

Retrouvez ci-dessous l’enregistrement de son intervention

LogoLaser

LCP Questions d’actualité

0 commentaires
Marie Anne Chapdelaine a été interrogée sur les thématiques des Questions au gouvernement du 23 Novembre.

Retrouvez son intervention à partir de 34’30″

Tribune dans Libération.

0 commentaires

J’ai co-signé une tribune dans logo-liberation-311x113. A l’heure des Primaires, les projets des uns et des autres se précisent et se confirment.

Retrouvez notre tribune en cliquant sur ce lien.

Tribune de Bruno Le Roux.

0 commentaires

BLerouxParadoxeFH

Bruno Le Roux vient de publier une Tribune argumentée, charpentée. Elle me semble judicieuse dans le contexte actuel. J’ai donc souhaité la porter à votre connaissance en suivant ce lien.

France 3 Bretagne « L’heure du débat » en intégralité.

0 commentaires

bandeau_hd2016_2

Démantèlement du site de Calais: retrouvez l’émission de France 3 Bretagne et, en intégralité, mes interventions à partir de 30’20.



Démanteler Calais : une urgence humanitaire

1 Commentaire

IMG_6265

Edito

Je me suis rendue lundi 24 Octobre à Calais pour observer et analyser les opérations d’évacuation ainsi que rencontrer les migrants, les ONG et les autorités. Accompagnée de mon collègue Erwan Binet, j’ai constaté à quel point le Gouvernement démantelait le site à juste titre, avec humanité et rigueur. Je veux souligner ici l’esprit et la méthode qui ont présidé à cette opération. Mercredi, plus de 4 000 personnes avaient déjà été mises à l’abri dont près de 800 mineurs. Le tout sans qu’aucun incident majeur ne soit à déplorer. L’évacuation s’est déroulée dans le calme, grâce à une organisation millimétrée des autorités. Depuis plusieurs années, la « jungle de Calais » – je n’aime pas ce terme pour être honnête – faisait régulièrement la une de l’actualité, alimentant les controverses, les polémiques, et même parfois la désinformation au détriment de la vérité et de l’objectivité.  Il convient donc de rétablir les faits.

S’il fallait évacuer le camp de Calais, c’est tout simplement parce que la situation était devenue inacceptable. Inacceptable pour les Calaisiens qui voyaient l’image de leur ville et l’économie locale se dégrader. Inacceptable pour les forces de l’ordre qui étaient la cible de violences répétées de la part de personnes désespérées et cherchant par tous les moyens à franchir la frontière. Inacceptable pour l’image de la France qui laissait se développer un gigantesque bidonville et qui semblait impuissante à venir en aide à ces personnes. Inacceptable, enfin Lire la suite de cet édito